Quelles normes ventilation en Belgique en 2021 ?

Normes Ventilation Belgique

Depuis 1996, ventiler son habitation est obligatoire en Belgique. La ventilation permet de faire circuler l’air frais dans votre votre logement (au sein des pièces à vivre, telles que la salle à manger, les chambres, le bureau…) et d’éliminer l’air pollué des « locaux humides », desquels se dégage l’essentiel des odeurs de la maison (la cuisine, la salle de bain, les toilettes…). Cette balance entre l’entrée d’air sain et l’évacuation d’air vicié s’obtient par le transfert d’air qui s’effectue des locaux « secs » vers les pièces « humides ».

Afin d’être à jour sur toutes les normes de ventilation en 2021, parcourez notre article et découvrez les standards exigés pour les bâtiments résidentiels et non résidentiels, dans les différentes régions de Belgique.

Pourquoi ventiler ?

Pourquoi ventiler

Votre maison contient de nombreux matériaux et appareils (cheminées, plaques de cuisson…) émetteurs de polluants. Ces différentes substances polluantes (CO2, CO, poussières…) participent à la dégradation de la qualité de l’air intérieur. Contrairement à la croyance populaire, la pollution de l’air est plus élevée à l’intérieur qu’à l’extérieur car les pollueurs sont enfermés à l’intérieur.

L’humidité, ensuite, qui se dégage du corps humain (par la transpiration ou la respiration) ou qui est rejetée par les activités du quotidien, contribue à l’apparition de moisissures (dans la salle de bain, par exemple), ce qui peut présenter des dangers pour la santé et entraîner la détérioration des structures de l’habitation.

Installer un système de ventilation attaque ces deux problèmes de front : le renouvellement continuel de l’air par ventilation garantit une qualité d’air optimale et permet de maintenir un taux d’humidité acceptable à l’intérieur de l’habitation. La formation de moisissures sera considérablement limitée et vous respirerez un air oxygéné et assaini. Dernier point, et non des moindres : une maison bien ventilée permet également de limiter le développement de virus (chose que l’on ne sait que trop bien, dans le contexte de la crise Covid).

Installer un système de ventilation

Quelles sont les normes de ventilation en Belgique en 2021 ?

Quelles normes pour les bâtiments résidentiels ?

résidentiel ventilation

La norme sur les systèmes de ventilation dans les bâtiments d’habitation, ou NBN D 50-001, remonte à 1991. En 2008, elle a été intégrée au PEB (performance énergétique des bâtiments).

Cette réglementation délivre les instructions à suivre pour une habitation convenablement ventilée et précise les normes auxquelles doivent répondre les différents dispositifs de ventilation. Le protocole concerne les édifices ou parties d’édifices servant d’habitation.

Les débits de ventilation nominaux

Le débit d’air normalisé de 3,6 m³/h par m² de surface de sol doit être atteint dans chacune des pièces de l’habitation, à l’exception du hall, du garage, de la cave, du grenier ou du dressing, pièces dans lesquelles des dispositifs de ventilation ne sont pas requis.

Le protocole établit également des débits minimums de ventilation, pour l’alimentation, la circulation et l’extraction d’air, à atteindre dans chacune des pièces de la maison, définis comme débits nominaux (cfr. tableau ci-dessous).

Débits de conception minimum pour le résidentiel :

Type d’espaceSuperficieAlimentation en airTransfert d’air : capacité Evacuation d’air
Chambres à coucher, bureaux, salle de jeux Moins de 7 m²

Entre 7 et 20 m²

Plus de 20 m²
3,6 m3 / h/m²25 m³ / h (ou 70 cm2)

Entre 25 et 75 m³ / h

75 m³ / h
3,6 m³ / h/m²
Séjour, salon, salle à manger Moins de 21 m²

Entre 21 et 42 m²

Plus de 42 m²
3,6 m3 / h/m²75 m3 / h

Entre 75 et 150 m3 / h


150 m³ / h
3,6 m³ / h/m²
Toilettes3,6 m³/ h/m²3,6 m³ / h/m²
Cuisine (fermée), salle de bain, buanderieMoins de 14 m²

Entre 14 et 21

Plus de 21 m²
3,6 m³ / h/m²50 m³ / h

Entre 50 et 75 m³ / h

75 m³ / h
3,6 m³ / h/m²
Cuisine ouverte3,6 m³ / h/m²3,6 m³ / h/m²

Circulation de l’air des locaux secs aux locaux humides

Le transfert de l’air doit se réaliser de la manière suivante :

  1. L’air extérieur entre dans les locaux « secs » (chambre, salle de séjour, bureau…), à l’aide d’un dispositif de ventilation naturel ou mécanique.
  2. L’air de de ces pièces circule ensuite directement, vers les locaux dit « humides » (salle de bain, cuisine ; buanderie…), ou indirectement, en traversant des « espaces de transfert » (corridors, couloirs, halls…).
  3. L’air pollué est évacué au début des locaux « humides », par ventilation naturelle ou automatique.

Il convient d’équiper d’au moins une ouverture de transfert les pièces « sèches » pour que l’air puisse être évacué librement et d’installer au moins une ouverture d’alimentation dans les locaux humides (salles de bain, buanderie, cuisine…).

Capacité des ouvertures d’alimentation et d’évacuation

Les dimensions minimums imposées des bouches de ventilation par la norme ne permettent pas toujours une circulation effective de l’air, entraînant des déperditions thermiques ou un renouvellement de l’air insuffisant. A cet effet, veillez à installer des ouvertures de transfert de dimension supérieure à la norme imposée, surtout dans les pièces au débit élevé (ex. le salon).

Quelles normes pour les bâtiments non-résidentiels ?

Bâtiments non-résidentiels normes ventilation

Les règlementations du PEB (performance énergétique des bâtiments), se basant sur la norme NBN EN 1377 pour le secteur non résidentiel, distinguent différents types de locaux :

  • Les lieux d’interaction humaine (la présence et l’activité physique des personnes sont élevées) : bureaux, salles de réunion, salles de cours…
  • Les espaces « de transfert » : locaux d’archives, couloirs, toilettes…
  • Les pièces spéciales, telles que les chaufferies, les laboratoires, les « chambres blanches », qui ne sont pas directement concernées par cette norme. Elles dépendent de directives plus spécifiques.

Débits de conception minimum pour le non résidentiel :

Type d’espaceExemplesDébit de conception minimumAlimentation en air (débit de conception minimum)Evacuation d’air
ETA1 ou ETA2Bureau, salle de réunion, salle à manger, chambre d’hôtel22 m³/h.pers
ou 43 m³/h.pers
s’il est autorisé de fumer
Air neuf exigéTransfert autorisé
ETA 3 ou ETA4Cuisine, atelier, laboratoire, sauna…22 m³/h.pers
ou 43 m³/h.pers
s’il est autorisé de fumer
Air neuf exigéRejet exigé
Toilettes25 m³/h par toilette
ou urinoir
ou 15 m³/h.m²
si inconnu
Air transféré autoriséTransfert autorisé
ETA1 ou ETA2Halls, escalier, archives…1,3 m³/h.m²Air transféré autoriséRejet exigé
ETA3 ou ETA4Lavabos, garage….1,3 m³/h.m²Air transféré autoriséRejet exigé

Attention, pour les salles de réunion ou les bureaux, le débit de conception est également calculé en fonction de l’occupation humaine (voir cela auprès du fabriquant du dispositif de ventilation).

Le transfert d’air

Normes ventilation Belgique

L’air transféré au départ d’autres pièces peut approvisionner les locaux de transfert seulement (couloirs, halls, archives…), les locaux d’occupation (salles de réunion, bureaux…), eux, doivent obligatoirement être approvisionnés avec de l’air neuf.

L’air mis en circulation ne peut départir que de pièces dont la concentration de pollution est faible (pièces ETA1, ETA2). L’air en provenance de pièces au taux de pollution élevé (catégorie ETA 3 ou ETA4) doit obligatoirement être évacué à l’extérieur.

Les catégories de qualité d’air

ETA 1 et ETA 2 : air avec un taux de pollution allant de faible à modéré. Les émissions polluantes sont faibles et proviennent de l’activité humaine, des structures et matériaux du bâti.

ETA 3 et ETA 4 : air avec un taux de pollution oscillant entre élevé et très élevé. La qualité de l’air est mauvaise, à cause de l’humidité dégagée, de substances chimiques, d’odeurs et autres nuisances…

En ce qui concerne les locaux de travail, l’employeur est requis de réaliser une analyse de la qualité de l’air afin de déterminer la catégorie à laquelle appartiennent les différents locaux destinés à l’occupation humaine (ETA1 ou ETA2). Comme indiqué précédemment, de nombreux facteurs sont à prendre en compte : l’occupation humaine, les matériaux des pièces, mais également la maintenance des locaux, l’activité des dispositifs de ventilation et de traitement de l’air, le mode de chauffage…

Type d’espaceTaux de CO2
ETA 2< 900 ppm
ETA 1< 1200 ppm

Comment choisir son système de ventilation ?

Contrairement à la ventilation naturelle, la ventilation mécanique permet de réguler et filtrer l’air frais. Choisir correctement son système de ventilation mécanique est crucial puisque le dispositif va déterminer la qualité de l’air intérieur de vos locaux. Il faudra veiller à plusieurs aspects pratiques avant d’effectuer votre choix : les courants d’air ou le bruit générés par l’appareil, sa consommation énergétique, son coût…

Afin de bénéficier des conseils d’un spécialiste et d’être au courant de toutes les possibilités existant sur le marché, n’hésitez pas à remplir notre formulaire situé en bas de page.

Recevoir les conseils d’un expert

Les systèmes de ventilation mécanique

Systèmes de ventilation mécanique

Quatre systèmes de ventilation mécanique sont listés dans le cadre de la norme belge NBN belge D50-001 (NB : ces schémas servent plus à titre d’exemple dans le secteur non résidentiel, d’autres systèmes peuvent être envisagés).

Système A : amenée d’air et évacuation naturelles

L’air circule au départ des locaux « secs » au travers de grilles de ventilation en façade, et l’air pollué des locaux « humides » est évacué via des tubes verticaux. Il s’agit d’un dispositif dépourvu de toute aide mécanique.

Système B : apport d’air mécanique et évacuation d’air naturelle

L’air frais de l’extérieur est amené via des ouvertures de ventilation à l’intérieur des locaux. L’apport et la circulation de l’air se produisent naturellement (comme dans le système A).

Système C (recommandé pour les travaux de rénovation) : amenée d’air naturel et évacuation mécanique

Contrairement au système B, l’air entre naturellement par des grilles d’aération ou des aérateurs. L’évacuation s’effectue mécaniquement via des bouches connectées à des ventilateurs électriques. L’air vicié est acheminé à l’aide de conduites situées dans les locaux humides et est évacué à l’extérieur, en toit ou en façade.

Système D (recommandé pour les travaux de rénovation) : apport et évacuation d’air mécaniques

Cette 4ème option repose entièrement sur un système automatique : l’amenée d’air et l’évacuation sont pris en charge par des ventilateurs électriques. Les flux d’air froid et d’air extrait circulent à travers des grilles d’aération et ne se croisent pas.

Système ASystème BSystème CSystème D
Avantages Economique
Facilité d’installation
Peu d’entretien
Contrôle de l’alimentation d’air frais
Silencieux
Pose au choix de l’alimentation d’air
    Ventilation plus efficace que le systèmeA
    Choix de l’emplacement des grilles d’aération
    Récupération de la chaleur
    Système de purification
    Pose au choix des ouvertures d’alimentation et d’évacuation de l’air
    InconvénientsGourmand en énergie
    Pas d’isolation acoustique garantie dans tous les dispositifs
    Réglage limité
    Consommation d’énergie des ventilateursPlus coûteux que le système A
    Consommation d’énergie du ventilateur
    Consommation d’énergie des ventilateurs
    Entretien
    Mauvaise isolation acoustique

    Installer un système de VMC

    Covid : quelles recommandations en 2021 ?

    La crise du Covid nous amène à porter un regard encore plus attentif sur les normes de ventilation. Ventiler correctement les pièces intérieures permet de lutter contre le virus, en limitant sa propagation : les particules émises par une personne contaminée sont considérablement réduites grâce à la ventilation.

    Depuis le début de la pandémie, une flopée de recommandations et documents ont été émis par la Task force ventilation sur l’installation et le fonctionnement de la ventilation. En voici quelques échantillons :

    Il est conseillé d’atteindre un débit de ventilation de 40 m³ par heure et par personne et d’avoir un taux de CO2 ne dépassant pas les 900 ppm. Pour calculer votre concentration de CO2, vous pouvez recourir à des capteurs de CO2, facilement accessibles sur le marché.

    Si les locaux ne disposent pas de système de ventilation mécanique ou de moyen pour calculer la concentration en CO2, les portes et les fenêtres doivent rester ouvertes dans le respect des règles suivantes :

    • 4 personnes / mètre carré de fenêtre ouverte
    • 6 personnes / mètre carré de porte ouverte

    D’autres mesures complémentaires peuvent être adoptées, comme la limitation du nombre de personnes dans le local ou l’imposition d’une limite du temps d’occupation. Enfin, en complément au système de ventilation, des dispositifs de purification d’air peuvent être employés afin de conserver une qualité d’air optimale. Ils se divisent en deux catégories :

    • fonctionnement par filtration ou captation (rétention des microparticules virales)  
    • fonctionnement par inactivation (des aérosols)

    Toutes ces recommandations ne vous garantissent pas une protection indéfectible contre le virus, le reste des gestes barrières restent bien sûr d’application !

    Demandez l’avis d’un professionnel

    Devis système de ventilation

    Afin d’obtenir l’avis d’un professionnel de la ventilation situé près de chez vous et des prix sur mesure, faites une demande de devis sur notre site : c’est gratuit et sans engagement ! Cela vous permettra de faire votre choix en connaissance de cause et d’avoir une idée claire des différents prix pratiqués sur le marché.  

    Devis gratuits et rapides
    Sans engagement et obligation
    Professionnels agréés