Vous avez choisi le carrelage de vos rêves pour la crédence de votre cuisine, le sol de votre salon ou celui de votre salle de bain ? Maintenant, il est temps de passer à la pose. Or, poser du carrelage ne s’improvise pas. Si vous voulez obtenir un résultat optimal et bénéficier d’une garantie, il est indispensable de faire appel à un carreleur professionnel.

Bien entendu, ce service à un coût, qu’il faut prendre en compte dans l’établissement de votre budget. Nous vous donnons ici tous les éléments afin de faire le bon choix, et de ne pas avoir de mauvaise surprise au moment de recevoir la facture !

Tarif horaire d’un carreleur

Le carreleur est un artisan indépendant, qui est libre de fixer ses tarifs comme bon lui semble. Toutefois, la plupart des professionnels pratiquent des prix situés entre 30 et 50 € HT de l’heure. Le tarif horaire moyen d’un carreleur est donc de 40 € HT.

Comparateur de Prix en Ligne !

Mais, comme nous allons le voir dans la suite de cet article, il est plus judicieux de considérer le tarif au mètre carré. En effet, le temps passé par le carreleur sera très dépendant de différents facteurs, pouvant faire varier très fortement le prix final pour le même tarif horaire.

Prix du carrelage au m²

Type de carrelage Prix au m² (Pose comprise)
Faïence 70 à 200 €
Grès cérame 65 à 150 €
Pierre naturelle 60 à 240 €
Terre cuite 60 à 150 €
Ciment 60 à 150 €

Le prix au mètre carré d’un carrelage varie fortement en fonction de son type. Il est possible de trouver des produits basiques aux alentours de 60 € pose comprise, tandis que le prix peut atteindre 200 € pour un carrelage haut de gamme, voire 240 € pour un carrelage en marbre.

Il existe de nombreux types de carrelage, qui diffèrent par le matériau dont sont composés les carreaux. Pierre naturelle, terre cuite, faïence, ciment, grès cérame : chaque carrelage possède des propriétés uniques, qui le destinent à différentes utilisations.

Certains matériaux sont plus adaptés pour les revêtements de sol, d’autres pour les carrelages muraux. Il existe des carreaux pouvant être posés indifféremment en intérieur ou extérieur, tandis que d’autres seront destinés au carrelage intérieur uniquement.

Obtenez Jusqu’à 5 Devis Gratuitement & Sans Engagement !

Carrelage en faïence

La faïence est l’une des plus anciennes sortes de carrelage, et appartient à la famille des terres cuites. Les carreaux sont constitués d’un mélange de sable et d’argile. Le tout est cuit et émaillé, ce qui crée une surface lisse et brillante.

Très décorative, la faïence se caractérise par sa fragilité, notamment aux chocs. Pour cette raison, elle est utilisée comme revêtement mural et pas comme carrelage au sol. On retrouve ainsi souvent un carrelage en faïence sur les murs de la salle de bain, ou en tant que crédence dans la cuisine. Sa surface lisse facilite le nettoyage. La porosité de ce matériau le rend particulièrement adapté à l’utilisation dans les pièces humides.

Le prix d’un carrelage en faïence se situe entre 70 et 200 € au m² pose comprise, en fonction notamment du type d’argile utilisé, des couleurs et des motifs.

Carrelage en grès cérame (ou émaillé)

Initialement plutôt destiné aux collectivités, le grès cérame s’est popularisé dans les années 1980, pour devenir le type de carrelage le plus utilisé dans nos intérieurs.

Il est constitué d’un mélange de silice et d’argile, qui est pressé, puis cuit à très haute température. Il en résulte des carreaux très résistants, non poreux, à la grande longévité. On distingue deux grandes familles de grès cérame.

Dans le cas du grès pleine masse, la surface est de la même matière que le biscuit, c’est-à-dire le corps du carreau. Cela donne un carrelage très résistant, mais limite la gamme de couleurs.

Le grès cérame émaillé, quant à lui, est constitué d’un biscuit en grès cérame recouvert d’une couche d’émail. Cette couche peut prendre des teintes beaucoup plus variées, et être agrémentée de motifs. Cela permet notamment de créer des carrelages imitation parquet, imitation bois, ou encore imitation pierre. Le grès cérame peut être utilisé en tant que carrelage extérieur, et trouve sa place dans toutes les pièces de la maison, aussi bien au sol qu’aux murs. Non poreux, il présente l’avantage d’être très facile d’entretien.

En fonction de la qualité choisie, un carrelage en grès cérame coûte entre 65 et 150 € au m² pose comprise.

Économisez Jusqu’à 30% en Comparant

Carrelage en pierre naturelle

Le carrelage en pierre naturelle, comme son nom l’indique, est tout simplement constitué de différents minéraux que l’on peut trouver à l’état naturel : marbre, ardoise, granit, travertin, ou encore calcaire. Ce type de carrelage se caractérise par sa noblesse et sa résistance. Cependant, son poids très élevé le réserve souvent à une utilisation en rez-de-chaussée. De plus, certaines matières sont sensibles aux taches et à la corrosion par des produits chimiques.

Suivant la matière choisie, le carrelage en pierre naturelle peut être abordable, autour de 60 € au m² pose comprise, mais peut également atteindre des prix très élevés, jusqu’à 240 € au m² pour le marbre ou le granit.

Carrelage en terre cuite

Le carrelage en terre cuite est aussi connu sous le nom de tomettes. Traditionnellement, les tomettes sont faites de terre rouge, émaillée ou non, et leur forme est hexagonale. La cuisson artisanale au feu de bois crée des carreaux tous différents, avec des nuances allant de l’ocre au rouge foncé, et un aspect flammé.

Toutefois, on trouve maintenant des carreaux de terre cuite de fabrication industrielle, qui offrent des formes plus variées et des couleurs plus claires et plus uniformes. Artisanales ou industrielles, les tomettes sont plébiscitées pour leur aspect naturel, leur douceur au toucher, et leur grande inertie thermique qui leur permet d’être fraîches en été et tièdes en hiver.

Très résistantes, les tomettes sont généralement utilisées comme revêtement de sol, mais peuvent également constituer un magnifique carrelage mural, pour une crédence de cuisine par exemple. Souvent utilisées à l’intérieur, elles peuvent également être choisies comme carrelage extérieur.

Les carreaux de terre cuite, très poreux, se salissent facilement. Ils doivent donc être entretenus régulièrement.

Pour un carrelage en terre cuite, il faut compter un prix entre 60 et 150 € au m² pose comprise, les tomettes artisanales étant plus chères que les carreaux industriels.

Recevez Jusqu’à 5 Devis en 2 Minutes !

Carrelage en ciment

Les carreaux de ciment sont apparus dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Ils sont constitués de ciment coloré placé dans un moule cloisonné, puis compacté au moyen d’une presse hydraulique. Cette technique de moulage permet d’obtenir des motifs complexes, utilisant un grand nombre de couleurs sur le même carreau. Le carrelage en ciment est très utilisé en décoration, que ce soit au sol ou aux murs. Ses motifs vintage sont particulièrement prisés depuis quelques années. Très résistants aux chocs et à l’eau, les carreaux de ciment sont faciles d’entretien. Afin de conserver leur beauté, ils doivent être régulièrement traités avec de la cire, un vernis ou une résine.

Le prix d’un carrelage en ciment est très variable en fonction des couleurs et des motifs utilisés. Il se situe dans une fourchette allant de 65 à 150 € au m² pose comprise.

Les facteurs qui font varier les prix de pose du carrelage

Lorsque vous faites établir un devis par un artisan carreleur, plusieurs éléments sont à prendre en compte : le prix du carrelage au mètre carré, le tarif horaire de l’artisan, mais également le temps qu’il va mettre pour réaliser le chantier. En effet, pour le même taux horaire, le prix final sera bien plus important si la nature des travaux implique un temps de réalisation plus important.

La vitesse de pose d’un carrelage dépend de plusieurs facteurs, dont les principaux sont : le type de pose choisi, la taille des carreaux, les dimensions de la pièce et l’état du support.

Comparer les Prix en Ligne !

Le type de pose

Il existe plusieurs façons possibles de poser du carrelage. Certains motifs sont plus compliqués à réaliser, impliquant une grande minutie, des découpes importantes, ou même le suivi d’un plan de pose précis, comme pour une mosaïque. Plus la pose est complexe à mettre en oeuvre, plus le temps passé sera important, faisant grimper le prix au mètre carré de la main-d’ouvre.

  • La pose droite ou pose à fond perdu. C’est la pose la plus facile à réaliser. Les carreaux sont simplement alignés parallèlement aux murs de la pièce, en créant un effet de quadrillage. Ce type de pose est bien adapté pour les dalles carrées, qu’elles soient de taille moyenne ou au format XXL. Tout l’enjeu est d’aligner parfaitement les bords des carreaux, afin d’obtenir des lignes de fuite parfaitement droites.
  • La pose décalée ou à joints contrariés. Dans cette variante de la pose droite, chaque ligne est décalée par rapport à la précédente, et les joints ne sont donc pas en face les uns des autres. Suivant la forme et la taille des carreaux, ils peuvent être situés au milieu des carreaux de la ligne précédente, ou au tiers.
  • La pose en diagonale, ou pose oblique. Dans le cas de la pose en diagonale, les bords des carreaux ne sont pas parallèles aux murs de la pièce, mais à 45°. Cette disposition crée un bel effet graphique, et a tendance à agrandir la pièce, tout en masquant les irrégularités dans l’alignement des murs. Cette pose implique plus de découpes que dans le cas de la pose droite.
  • La pose en chevrons ou en bâtons rompus. Dans la pose en chevrons, les lames rectangulaires sont disposées de façon à créer un motif en V, comme sur les anciens parquets. Cette pose s’utilise principalement avec des carrelages imitation bois.
  • Les poses à motifs complexes. En fonction du carrelage choisi, une multitude de poses sont possibles. Elles peuvent faire intervenir différentes tailles et formes de carreaux, plusieurs couleurs, ou encore la présence de cabochons. Ces poses obligent l’artisan carreleur à suivre minutieusement un plan prédéfini appelé plan de calepinage, et parfois à réaliser beaucoup de découpes.

Pour une pose droite classique, le prix de pose au m² se situe généralement entre 30 et 50 €. Pour une pose plus compliquée à réaliser, le tarif peut atteindre 70 € au m², voire plus dans les cas de motifs très complexes.

Les dimensions du carrelage

La taille des carreaux a une influence directe sur la vitesse de pose, et donc sur le prix de la main d’oeuvre. Généralement, plus les carreaux sont de grande taille, plus le prix au m² augmente. En effet, des dalles XXL sont particulièrement lourdes et complexes à manier, nécessitant parfois la présence de deux personnes. De plus, dans le cas d’une pose au mur, elles nécessitent un double encollage particulièrement soigné afin de garantir une bonne adhérence.

Les dimensions de la pièce

Plus une pièce est grande, plus le prix des fournitures sera élevé. Mais le coût de la pose elle-même est également dépendant des dimensions de la pièce, ainsi que de la complexité de sa forme. Poser du carrelage dans une petite salle de bain implique de nombreuses découpes, afin d’épouser la forme de la baignoire, du lavabo, des toilettes… Le temps passé sera donc plus important, faisant grimper le coût de la main d’oeuvre. Carreler une très grande pièce présente également certaines contraintes : la pose doit être très précise pour obtenir un motif uniforme sur toute la surface, et les joints de dilatation doivent être prévus avec soin. Cela peut donc se traduire par un prix de pose au m² plus élevé.

L’état du support

Que ce soit pour une pose au sol ou pour un carrelage mural, la préparation du support est primordiale pour assurer la qualité du résultat. Dans certains cas, l’artisan carreleur va devoir procéder à un ragréage du sol afin d’en assurer la planéité. Il peut également être amené à déposer un ancien carrelage, ou à effectuer de petits travaux de maçonnerie pour reboucher des trous. Enfin, poser du carrelage sur un mur qui présente des défauts de planéité demandera au carreleur de varier l’épaisseur du mortier-colle afin d’obtenir un résultat parfait.

Les autres facteurs

Certaines demandes spécifiques vont faire grimper le coût de la main d’oeuvre : pose d’une frise, réalisation d’une mosaïque, pose d’un carrelage dans un receveur de douche à l’italienne… Certains types de carrelage, tels que les tomettes traditionnelles, présentent des différences de teinte qui obligent le carreleur à sélectionner chaque carreau afin de mélanger les plus clairs et les plus foncés. Ce type de contrainte peut également faire s’envoler le temps passé, et donc le prix de la pose.

Vous l’avez compris, le prix de pose d’un carrelage dépend de multiples facteurs. Au moment de choisir son carrelage, il est important d’avoir en tête ces différents éléments. N’hésitez pas à demander un devis pour la pose du carrelage que vous avez sélectionné. Cela vous permettra de savoir s’il correspond à votre budget !

© 2020 fait partie du réseau Bobex

Bobex

Des questions? Contactez nous!
Quai des Charbonnages 62, B-1080 Bruxelles, Belgique
Tel: 02 504 00 80
Mail: info@bobex.be

Guide Rénovation