Installation électrique d’une maison en Belgique : prix, étapes et informations importantes

L’électricité est une des parties les plus importantes d’une maison, inhabitable sans elle ! Pourtant, bien choisir l’artisan avec qui faire les travaux n’est pas chose facile, ni même savoir combien tout cela vous coûtera. C’est pour cela que dans cet article nous vous expliquons tout sur l’installation électrique d’une maison en Belgique, les étapes d’installation, les obligations et les prix !

✓ Je demande des devis gratuits et sans engagement

Quel est le prix d’une installation électrique en Belgique ?

En général, en Belgique, faire appel à un électricien vous coûtera entre 35 et 45€ de l’heure, sans compter la TVA, qui varient de 6 à 21% du prix.

Evidemment, vous devez y ajouter le prix du matériel que l’artisan devra utiliser pour réparer ou installer votre installation.

Enfin, n’oubliez pas d’ajouter à votre budget prévisionnel les frais de déplacement, qui tournent en général autour de 20 à 40€.

Pour des opérations classiques vous devrez prévoir les prix suivants :

  • Le prix d’une nouvelle installation électrique en Belgique est entre 80€ à 120€ /m².
  • Rénovation électrique : 80€ à 120€ /m²
  • Mise en conformité électrique : 1000€ à 7000€
prix installation électrique maison belgique

L’automatisation

Si vous souhaitez un système de relais, il vous faudra ajouter entre 1000 et 1500 euros, un système de domotique ajoutera environ 5000 euros à la facture. Evidemment, ces prix dépendant de la taille du système à installer.

Les prises de contact

En général, lors de l’installation d’un nouveau système électrique, l’artisan avec lequel vous collaborez vous proposera un nombre basique de prises de contact, si vous en souhaitez plus, cela vous coûtera un supplément pour chaque prise.

Les prix peuvent varier selon les artisans, renseignez-vous lorsque vous réalisez le devis, cela peut varier de quelques euros à plusieurs dizaines, soyez donc vigilants.

Comparez des devis gratuits

Les finitions

Les finitions sont en électricité toutes les plaquettes recouvrant vos prises électriques et vos interrupteurs. En général, les modèles basiques sont assez peu onéreux, autour de 3 euros, mais il vous est tout à fait possible de choisir des modèles plus élaborés, fait d’un matériau différent, le prix variera alors, entre environ 5 et 25 euros, parfois plus si les plaquettes sont plus recherchées.

Les coûts supplémentaires obligatoires

Si vous prévoyez un budget précis pour votre installation électrique, vous ne devez pas oublier les frais supplémentaires obligatoires.

Comptez environ 140 euros pour l’inspection de contrôle par un organisme officiel. Vous devez aussi évidemment raccorder votre installation au réseau électrique de votre ville, et le prix dépendra de votre fournisseur ainsi que de la tension que vous avez choisie pour votre installation.

Quand effectuer ces travaux ?

Si vous emménagez dans un logement qui n’est pas neuf, et que vous doutez que votre installation électrique soit aux normes, il est préférable de faire un appel à un professionnel qui vous indiquera s’il est nécessaire de faire des réparations ou non.
Refaire son installation peut devenir nécessaire dans les situations suivantes :

  • Lorsque votre logement a été construit avant 1981 et que le système électrique n’a jamais été rénové
  • Lorsque votre installation ne supporte plus les appareils ménagers actuels
  • Lorsque votre installation montre des signes de vétusté et d’insalubrité : prises ne fonctionnant pas, câbles dénudés, plombs sautant facilement, etc.
nouvelle installation électrique d'une maison

De quoi se compose une installation électrique dans une maison ?

Le compteur électrique

Le compteur électrique est le premier élément composant votre installation électrique. Il ne vous appartient pas, c’est votre compagnie d’électricité qui le possède.

L’électricité du fournisseur est amenée par câble jusqu’à ce compteur électrique, accompagné d’un disjoncteur principal. Ce dernier coupe l’électricité en cas de perte de courant pour éviter d’endommager votre installation.

Tableau électrique

Le tableau électrique est raccordé au compteur électrique par un câble. Le tableau permet de contrôler les différents circuits électriques de votre logement.

En général, il y a un circuit électrique pour chaque pièce, et parfois un circuit principal. A partir de là, vous pouvez contrôler l’électricité dans chaque pièce.

A partir du tableau électrique, toute votre installation électrique est sous votre responsabilité, tableau compris. S’il y a un problème, vous devez appeler un artisan compétent, et non votre fournisseur d’électricité.

Disjoncteur automatique

Sur le tableau électrique, chaque circuit est équipé d’un « fusible », qui est en fait un disjoncteur automatique. En cas de problème (court-circuit, surcharge, coupure généralisée, etc), le disjoncteur coupe automatiquement l’électricité pour éviter d’endommager votre installation, c’est là que le « fusible saute ». Une fois le problème résolu, vous pouvez réactiver le disjoncteur, ce qui rétablira l’électricité.

Disjoncteur différentiel

En plus des disjoncteurs, votre tableau sera équipé d’un différentiel qui mesure l’électricité absorbée et rejetée par votre installation. Si les mesures ne sont pas égales, l’électricité est coupée automatiquement. Si le circuit relie une pièce humide, il sera équipé d’un différentiel supplémentaire de 30mA.

Les différentiels sont obligatoires dans tous les logements rénovés ou les installations neuves.

Circuits électriques

Vous n’êtes pas limité à un nombre concernant les circuits dans votre installation électrique, cependant les circuits doivent être bien distincts selon les installations : points lumineux ou prise de contact.

Chaque circuit électrique ne peut relier qu’au maximum 8 prises, si vous savez qu’une pièce abritera plusieurs installations consommant beaucoup d’électricité, il est préférable de prévoir deux circuits électriques différents pour éviter la surconsommation et donc l’enclenchement régulier du disjoncteur.

Le gros électroménager, tel que les cuisinières, les lave-linges ou les gros réfrigérateurs nécessitent souvent un circuit à part. A la différence des prises, vous pouvez placer autant de lumières que vous voulez dans un circuit.

La prise de terre

Egalement appelée mise à la terre, la prise de terre a pour but d’évacuer le courant vers la terre lors d’un dysfonctionnement, ce qui finalement évitera l’électrocution.

Comparez des devis gratuits

Composants supplémentaires non-obligatoires

Protection contre les surtensions

Cette installation n’est pas obligatoire, mais elle peut se révéler très utile, en particulier si vous possédez des appareils électriques auxquels vous tenez ou dont le prix est élevé.

Les circuits électriques accueillant les installations multimédia ou informatiques gagnent à être protégés contre les surtensions, au cas où, par exemple, la foudre frappe votre maison.

Domotique

La domotique peut se révéler utile si vous êtes souvent loin de votre domicile. Vous pouvez alors contrôler vos installations électriques depuis votre téléphone, selon l’installation domotique que vous possédez.

Votre installation électrique est alors complétée par des éléments permettant l’automatisation de vos circuits électriques.

Les différents systèmes

Vous avez le choix entre trois systèmes électriques, le système classique, centralisé et domotique.

Le système classique

Classique n’est pas synonyme de standard. Chaque système classique est spécifique au logement qu’il équipe. Son nom de « classique » vient du fait qu’il a été inventé il y a plus de 100 ans.

Dans ce système ne sont utilisés que des interrupteurs conventionnels. Cette installation électrique est assez simple : un câble part du tableau électrique jusqu’à l’éclairage.

Derrière l’interrupteur de point d’éclairage, une autre ramification est installée pour aller vers un autre éclairage et ainsi de suite pour équiper l’entièreté du circuit.

Si vous vous y connaissez un peu en électricité, ce système est relativement aisé à installer soi-même. Toutefois, la multiplication des ramifications rend ce système compliqué à modifier si vous devez rajouter un point d’électricité.

Le système centralisé

Comme son nom l’indique, le système centralisé permet de centraliser tous les câbles de votre installation électrique dans un même boîte. Les interrupteurs sont remplacés par des boutons fonctionnant à basse tension. Ils commandent des relais placés sur le tableau électrique.

Ce système vous permet de faire des modifications par la suite, car tous les câbles sont au même endroit, vous y avez donc facilement accès.

Souvent les boutons sont considérés comme plus élégants que les interrupteurs classiques. De plus, ce système vous permet d’installer un bouton contrôlant tous les points lumineux de la maison, vous permettant d’être assuré d’avoir éteint toutes les lumières lorsque vous partez de chez vous ou lorsque vous allez vous coucher.

La domotique

Le système domotique remplace les relais des autres systèmes par des modules dont le contrôle est centralisé.

Vous pouvez aisément modifier et programmer cette base commande : vous pouvez choisir seulement quelques éléments, comme des lampes se contrôlant depuis votre smartphone, ou équiper entièrement votre maison avec un système domotique, permettant d’automatiser presque toutes vos installations électriques.

Comparez des devis gratuits

: Comment se réalise l’installation électrique d’une maison ?

Faire un plan

Pour être sûr d’obtenir tout ce que vous désirez, prenez le temps de faire, ou de faire faire, un plan précis. Ce dernier indiquera le nombre précis de luminaires, interrupteurs et prise de courant dont vous avez besoin. Pensez également à toutes les installations nécessitant de l’électricité pour fonctionner : une porte de garage automatique, un portail, des volets roulants, etc.

Par ailleurs, vous devez penser à choisir entre un raccordement monophasé de 230V ou un raccordement triphasé de 380V.

En général, un raccordement monophasé suffit, mais si vous désirez installer des appareils consommant beaucoup d’électricité, comme un four à induction, un système de nettoyage de piscine, un sauna électrique ou encore une tondeuse automatisée, il est préférable de se tourner vers un raccordement triphasé.

Quelles sont les différentes étapes ?

L’installation d’un système électrique neuf ne se fait pas en une seule fois, en général, l’artisan suivra deux ou trois étapes, étalées en général sur huit jours ouvrés.

1. Réalisation des saignées et tirage des câbles

La première étape de l’installation d’un système électrique se fait assez tôt dans la construction d’un logement. Les emplacements pour les câbles sont creusés avant même la pose des fenêtres et les câbles sont tirés au même moment que la pose de la plomberie et éventuellement des conduites de gaz. Les murs et le sol accueillent ensuite l’isolation et la chape.

2. Installation des prises de contact et interrupteurs

Une fois les murs, le plafond et le sol terminés, les emplacements pour accueillir les prises électriques et les interrupteurs sont percés et les prises et interrupteurs sont installés.

3. Raccordement de l’armoire à fusibles

Enfin, le tableau électrique est placé là où vous le désirez, en général dans un endroit discret, puis tous les circuits électriques sont reliés au tableau, selon le système que vous avez choisi. L’installation une fois terminée, vous pouvez tester sa fonctionnalité circuit par circuit.

Le tableau électrique et les éléments servant à relier le reste de l’installation sont assez onéreux, par conséquent, ils sont souvent sujets au vol, il est donc préférable d’attendre la pose des fenêtres et de la porte, que vous pourrez fermer à clé.

Faire l’installation soi-même

Si vous avez des compétences en électricité, vous pouvez installer vous-même votre système électrique à l’aide de kit que vous pourrez trouver en magasin spécialisé.

Cela pourra vous faire économiser la main d’œuvre, certes, mais à moins d’être électricien ou électricienne vous-même, il y a de grandes chances que cela soit plus compliqué que prévu.

L’installation électrique d’une maison n’est pas simple à gérer et vous n’êtes pas à l’abri de petites erreurs amenant à un ou plusieurs dysfonctionnements, ce qui au final, demandera bien plus de dépenses.

De plus, faire appel à un artisan compétent vous permet d’être assuré d’avoir une installation aux normes, vous n’aurez pas à faire intervenir plusieurs fois un organisme compétent pour le vérifier, et donc payer plusieurs fois, au lieu d’une seule.

Enfin, un artisan peut aussi vous procurer des conseils d’entretien allongeant la durée de vie de votre système électrique.

Comparez des devis gratuits

Quid des normes en Belgique ?

Le contrôle de l’installation électrique en Belgique

Un système électrique présentant des dysfonctionnements peut provoquer des accidents grave, comme des électrocutions et des incendies, qui auraient pu être évités avec un contrôle en règle.

En Belgique, le contrôle de l’installation électrique est obligatoire et doit obligatoirement être réalisé par un organisme agréé par le SPF Economie. L’installation doit être conforme au Livre 1 du Règlement général sur les installations électriques (RGIE).

Quand devez-vous procéder à un contrôle de votre installation électrique ?

Il est nécessaire de faire faire un contrôle de votre système électrique dans les situations suivantes :

  • Si vous vendez votre logement
  • Si vous désirez modifier la puissance de votre raccordement
  • Si vous désirez modifier de façon importante l’installation électrique
  • Si votre logement est neuf et que vous venez d’y faire installer l’électricité

Rappelons qu’il est aussi préférable de faire contrôler votre installation électrique régulièrement, en particulier si vous remarquez quelques dysfonctionnements mineurs, cela vous permettra de faire les réparations nécessaires avant que vous ne rencontriez un problème plus important.

Quels documents devez-vous fournir lors du contrôle ?

Vous devez fournir au minimum trois documents lors d’un contrôle :

  • Si l’installation est déjà raccordée, le code EAN (European Article Numbering), que vous trouverez sur une facture de votre fournisseur. Il s’agit d’un code composé de 18 chiffres
  • Les plans de position de votre installation
  • Les schémas unifilaires de votre installation

Le schéma unifilaire représente de façon simplifiée votre système électrique dans son ensemble. Il représente tous les circuits de votre installation ainsi que leurs interconnexions. Vous devez également y ajouter le matériel électrique composant votre système.

Vous devez y indiquer :

  • Les lumières
  • Les prises de courant
  • Les appareils et machines fixes
  • Les boîtes de connexion et de dérivation
  • Les interrupteurs
  • Les caractéristiques des canalisations électriques (nombres de conducteurs, section, type, etc)
  • Le mode de pose utilisé pour les canalisations électriques
  • Les dispositifs de protection à courant différentiel résiduel, leur type et leurs caractéristiques
  • Les dispositifs de protection contre les surintensités, leur type et leurs caractéristiques

Comme son nom l’indique, le plan de position indique la position des parties de votre installation électrique. Il mentionne :

  • Le tableau électrique
  • Les boîtes de connexion et de dérivation
  • Les prises de courant
  • Les interrupteurs
  • Les lumières
  • Les appareils et machines fixes

Les plans de position et les schémas unifilaires font partie d’un dossier de l’installation électrique que vous devez garder sous la main lorsque vous faites contrôler votre installation.

Ce dossier est aussi composé des anciens rapports de contrôles, de la description des éventuelles modifications mineures apportées à votre système électrique et la documentation technique liée au matériel électrique et à l’éventuelle installation photovoltaïque.

Que se passe-t-il à l’issue du contrôle ?

Vous obtiendrez un rapport rédigé par l’agent ayant contrôlé votre système électrique.

Ce rapport est également remis au gestionnaire du réseau électrique auquel vous êtes raccordés. Une copie est également conservée par l’organisme de contrôle pendant cinq ans.

S’il se trouve que votre installation n’est pas en règle, vous devez faire effectuer les réparations puis faire réaliser un nouveau contrôle

Comparez des devis gratuits

Quelles sont les erreurs les plus fréquentes ?

Erreur n°1 : La mauvaise isolation

Une mauvaise isolation permet à un faible courant électrique de courir dans la terre. Ce défaut peut causer des accidents par électrocution ou des incendies.

Pour résoudre le problème, il faut trouver l’endroit où le courant est mal isolé. Recourez à un multimètre conçu spécifiquement pour mesurer l’isolation, qui génère une tension test de 500 vols. Lorsque vous vous en servez, vous devez déconnecter les interrupteurs, les prises et les éclairages.

Les coûts de réparation peuvent varier, selon l’emplacement du problème. S’il s’agit d’un défaut isolé, le coût sera limité, mais s’il s’agit de plusieurs problèmes d’isolation, cela vous en coûtera bien plus.

Erreur n°2 : ne pas avoir de schéma unifilaire

Le schéma unifilaire est obligatoire, vous devez le fournir lors des contrôles du système électrique. Cela n’est pas très compliqué à faire soi-même, mais si vous n’y arrivez pas, il est possible de faire appel à un électricien.

Cela vous prendra un peu de temps de recherche si vous ne savez pas du tout comment faire, l’électricien, lui, vous facturera des heures supplémentaires.

Erreur n°3 : oublier d’installer un différentiel

Un disjoncteur différentiel permet, en cas de problème de surtension, ou en cas de coupure de courant de déconnecter l’installation électrique.

Il s’agit d’un élément presque indispensable pour assurer la sécurité du logement, il est en général installé dès le début lors de la construction d’un nouveau logement. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas l’élément le plus onéreux, il vous en coûtera environ une centaine d’euros.

Erreur n°4 : prises et interrupteurs mal installés dans les murs en bois

Si vous avez des murs en bois, les prises et les interrupteurs doivent être installés avec un dispositif adapté. Sinon, l’installation peut poser problème. Dans ce cas, vous devez démonter toutes les prises et les interrupteurs mal installés et les réinstaller dans les règles de l’art.

Cela peut prendre du temps, en particulier s’il y en beaucoup. Les matériaux ne vous coûteront pas grand-chose, ce sera la main d’œuvre qui sera plus onéreuse si vous recourez à un électricien.

Besoin d’aide pour l’installation électrique de votre maison ? Comparez des devis gratuits !

Si vous ne savez pas comment vous y prendre, notre site internet vous permet de demander un devis gratuitement, qui ne vous engage pas, avec des électriciens agréés, où que vous habitiez en Belgique. Vous pourrez alors comparer les prix et faire le meilleur choix pour la rénovation ou une nouvelle installation électrique dans votre maison.

Devis gratuits et rapides
Sans engagement et obligation
Professionnels agréés